Page d'accueil

Personnalités

Des hommes et des femmes qui ont oeuvré pour la commune.

Jacques DILLE

Jacques DILLE est le tout nouveau desservant de Pellouailles lorsqu'arrive la Révolution Française. Il choisit de prêter serment à la nouvelle Constitution Civile du Clergé en 1791. En février 1794, Jacques DILLE choisit de renoncer à ses fonctions ecclésiastiques. Cinq mois plus tard, la population de Pellouailles doit attester qu'il est un bon patriote : ce qu'elle fait. La liberté de culte est rétablie en février 1795 : mais Jacques DILLE ne choisit pas de retourner à ses fonctions de prêtre.

Il ouvre une école de garçons non religieuse et devient le premier instituteur public de la commune en septembre 1795.

En 1797, Jacques DILLE procède à des baptêmes dans le secret, avec l'installation du Directoire la répression religieuse a repris. A 41 ans, Jacques DILLE ne fait pas le choix de se marier. Un administrateur du canton écrit de lui en juin 1798 : [le prêtre] de Pellouailles est l'ancien curé, homme d'esprit trop adroit et trop circonspect pour donner prise sur lui, il serait excellent président de l'administration s'il n'était pas prêtre et aussi attaché à ses opinions ».

En 1801, le concordat signé entre Napoléon et le Pape rétablit une religion d'Etat, Jacques DILLE redevient officiellement prêtre en se rétractant. Il devient même le premier véritable curé de Pellouailles lorsque l'Evêque érige la commune en paroisse en décembre 1802 et la sépare de celle de Villevêque.

Il meurt le 30 août 1810.

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes