Page d'accueil

Espaces verts

Gestion différenciée des espaces verts

Situation de Pellouailles-les-Vignes

Sur 357 ha, à 10 km d'Angers, Pellouailles-les-Vignes veille à conserver son caractère rural, tout en accueillant toujours de nouveaux habitants. Nous sommes ainsi passés de 500 à près de 2 500 habitants, en 30 ans.

Les élus et les services techniques de la commune ont entrepris il y quelques années une réflexion sur la gestion des espaces verts et les méthodes d'entretien au quotidien, tenant compte de la diversité de notre environnement.

Il y a eu Pellouailles-les-Vignes, « village-rue » avec la RN 23, aujourd'hui RD323. Puis les lotissements, au fil du temps, ont déplacé le bourg vers l'intérieur, abritant tout un maillage de rues et de cheminements piétonniers.


Des parties boisées y ont été maintenues, systématiquement confortées dans le cadre du Plan Local d'Urbanisme. Nous veillons depuis toujours à préserver la ruralité communale avec un entretien spécifique des routes bordées de fossés, des talus et des sentiers pédestres pour les randonnées.

Objectif des élus et agents des espaces verts

Agir au quotidien pour mettre en valeur et sauvegarder notre environnement, préserver la faune et la flore, améliorer sans cesse notre espace de vie.


Gestion différenciée

La gestion différenciée ne signifie pas l'abandon ou la réduction de l'entretien des espaces.

Elle nécessite au contraire une vigilance permanente qui consiste à surveiller de près l'équilibre de la flore pour ne pas laisser se développer des plantes "gourmandes en espace", comme chardons, orties, ronces, épilobes, saules marsault, cornouillers sanguins.

Les résultats des aménagements depuis 2008 sont positifs et renforcent notre volonté de poursuivre les efforts actuels.

Mais tout est toujours perfectible !


Respecter et prendre soin de notre environnement ne dépend pas uniquement des élus et des services techniques, c'est l'affaire de tous.

Le changement dans les habitudes ne peut se faire qu'avec la compréhension, l'accord et la participation de tous.

Produits phytosanitaires

Les insecticides, les fongicides et les désherbants ont permis de lutter contre les insectes, les maladies, les champignons ou les "mauvaises" herbes.

SmileyReflexion

Mais :

  • Après utilisation, les appareils de traitement sont souvent rincés au-dessus d'une grille ou d'un fossé : le produit va directement dans les réseaux des eaux pluviales.
  • Par ruissellement sur les trottoirs et les allées et par infiltration dans le sol, une partie plus ou moins importante des produits utilisés se retrouve dans les cours d'eau.


Donc :

  • Pour limiter les insectes gênants (pucerons, aleurodes, chenilles…) sur les cultures, les services techniques emploient désormais des bandelettes d'œufs de chrysopes qu'ils déposent dans les massifs.Depuis deux ans cette technique porte ses fruits : les chrysopes adultes pondent à leur tour, naturellement, et une larve de chrysope mange environ 60 pucerons par jour !


  • Les agents de la commune emploient aussi des « purins » efficaces pour traiter les plantes contre les maladies et l'attaque de certains insectes. Certains purins (comme ceux à l'ortie par exemple) ont en plus l'avantage d'apporter beaucoup d'azote à la plante, lequel sert d'engrais naturel. Le masque utilisé pour les traitements phytosanitaires n'est donc plus obligatoire.

Purins


  • Sur les trottoirs, il n'y a plus d'opération de désherbage chimique généralisée. Il ne reste plus que quelques interventions avec du foliaire, s'il n'existe pas d'autre possibilité.

  • Les interstices dus au vieillissement de certains revêtements de trottoirs sont colmatés avec de l'enrobé afin de diminuer la repousse des herbes.
Enrobe

  • Dans d'autres fissures de trottoirs, les agents sèment des fleurs. Ainsi, des pavots de Californie ou des roses trémières peuvent agrémenter une façade…
Facade


  • Le désherbage chimique, effectué le long de la clôture des particuliers donnant sur des espaces publics, facilitait le passage des tondeuses. Nous préconisons plutôt aux riverains de déposer leurs déchets de tonte, le long de leur grillage.
Cloture


  • Les allées piétonnes du bourg ne sont plus désherbées systématiquement : seuls les bords le sont désormais. Le piétinement des passants assure le désherbage naturel sur toute l'allée. En cours de saison, un raclage mécanique est réalisé pour couper les racines des indésirables (lame adaptée au motoculteur).


  • L'emploi de la binette fait de nouveau partie des moyens utilisés.


  • Le paillage naturel (déchets de taille de végétaux broyés) est appliqué dans les massifs afin de faire un écran aux pousses d'indésirables. De même, ce paillage organique peut être utilisé au pied des arbres, en campagne.


Broyages

Jusqu'en 2006, à la fin du printemps et à l'automne, l'entretien des fossés, des bermes et des terrains communaux se faisait par broyages très ras. De même, les sentiers pédestres étaient entretenus sur toute leur largeur.

Mais ces techniques entraînaient des dégâts importants :

SmileyReflexion

  • Les primevères, les coucous, les clochettes bleues, les digitales fleurissent au début du printemps. Le broyage ras du printemps empêche la formation des graines et le réensemencement sur place, d'où la disparition de ces plantes.
  • Les herbes broyées, laissées sur place, forment un tapis dense qui étouffe les plantes.
  • Une diversité de plantes trop faible entraîne la réduction du nombre d'insectes, puisqu'ils ne trouvent plus l'habitat dont ils ont besoin.

Afin de pallier les défauts du broyage systématique des talus et fossés, depuis plusieurs années maintenant, les bermes ne sont plus broyées à la même hauteur (entre 10 et 15 centimètres au lieu de 5 !) pour le respect de la faune et de la flore.

  • Les broyages réguliers des bermes et des talus des fossés sont remplacés par des interventions selon les besoins, notamment pour des raisons de sécurité (carrefours, panneaux). Rappelons que les plantes sur un talus retiennent la terre grâce à leurs racines et limitent l'affaissement desdits talus.
Talus hier
Talus aujourdhui
TalusHier TalusAujourdhui


  • Les sentiers pédestres en campagne sont broyés sur leur milieu, les bas-côtés, laissés libres, permettent aux promeneurs d'admirer une flore et une faune beaucoup plus diverses.

  • Les sous-bois entretenus par la commune ne sont broyés qu'au niveau des allées de cheminement afin de préserver le côté naturel des sites. Les agents effectuent le suivi en détruisant de manière sélective les indésirables. Le bois mort est élagué en hiver.


Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes